Indoor Sports Supercup 2017

Sergi junior emballe Sergi senior

08.10.2017

55 enfants se présentent en tant qu’artistes de précision au Kids Day Mobilière. Le fils de Giancarlo Sergi, le président central de Swiss Basketball, est lui aussi présent dans la Halle Omnisport Saint-Léonard de Fribourg avec passion.

Doigté: pour le père Giancarlo Sergi et le fils Timo, beaucoup de choses tournent autour du basket-ball. (Photos: Philippe Reinmann)

Il s’agit d’une action digne du manuel: Eloise Lembo dribble avec ses mains agiles sur la moitié du terrain, s’arrête, prend ses marques et lance le ballon qui atterrit dans le panier après avoir touché le panneau, comme s’il n’y avait rien de plus facile. «C’est ce que j’aime faire le plus», affirme la jeune tessinoise de sept ans originaire de Claro près de Bellinzone. L’écolière de deuxième année a commencé il y a trois ans. Elle s’est inspirée de son père, Sacha Lembo, qui avait joué pendant cinq saisons pour Bloney et Nyon en NLA. Eloise porte un maillot chic du BC 79 Arbedo TI. Avec ses coéquipières et coéquipiers, elle termine le parcours qui initie les enfants de manière ludique aux quatre disciplines sportives que sont le basket-ball, le handball, l’unihockey et le volley-ball à l’occasion du Kids Day Mobilière. La petite fille très éveillée se montre particulièrement habile au Fitlight, un jeu de réaction permettant d’entraîner de manière ciblée la coordination mains/yeux et pieds/yeux. Eloise a une idée précise de ce qu’elle souhaite accomplir au basket-ball: «Je voudrais décrocher le titre de championne suisse.»


Phase de concentration: Eloise Lembo lance le ballon dans le panier.

L’exemple de Michael Jordan

Federico Bertoletti se veut lui aussi artiste de précision. Le visage du garçon tessinois de huit ans rayonne lorsque le ballon atterrit précisément dans le panier. L’écolier de troisième année de Lumino, près de Bellinzone, joue dans le même club qu’Eloise Lembo. Lorsqu’on lui demande pourquoi il ne joue pas au football, Federico répond, lapidaire: «A cause des propos blessants.» Son modèle? «Michael Jordan des Chicago Bulls.» Federico fait aussi preuve d’un grand talent lorsqu’il tient une crosse d’unihockey dans ses mains. Il tire avec brio la petite balle perforée dans les trous du but. «Le plaisir occupe le devant de la scène au Kids Day. Ce qui compte, c’est que les enfants s’amusent», affirme Sacha Lembo. L’homme de 42 ans est caissier au BC 79 Arbedo TI. Le basket-ball est une forme d’école de la vie. «Mobilisation corporelle, coordination et précision, telles sont les compétences que les enfants apprennent dans cette discipline. L’apprentissage des victoires et des défaites représente également une excellente expérience», déclare Sacha Lembo.

Effectifs en hausse au mini-basket


Giancarlo Sergi suit l’action en paradant comme un paon. «Mon cœur bat à 100 à l’heure lorsque je vois l’engagement des enfants sur le terrain. Ils forment la base de notre pyramide et seront les vedettes de demain», indique le président central de Swiss Basketball. «Je ne suis toutefois pas ici aujourd’hui en ma qualité de président. Mon fils Timo est de la partie. Il joue au Saint-Prex Basket de Morges.» 4400 enfants jouent au mini-basket en Suisse, soit 1600 de plus qu’il y a encore trois ans. «Nous ambitionnons de dépasser la barre des 10’000 d’ici cinq ans», poursuit Sergi. C’est pourquoi la fédération a engagé Olivier Schott il y a un an. L’ancien joueur professionnel de basket-ball est responsable du mini-basket à Swiss Basketball.


Inspirer profondément: Federico Bertoletti prend ses marques sous le panier.

Retour